ACTRICE

création 2017|2018
Pascal Rambert • Cie Structure

Le point de départ d’Actrice, c’est une image. Moscou le soir sous la neige, et les magasins de fleurs ouverts très tard, qui brillent, embués. Après le succès, en Russie, de sa pièce Clôture de l’amour, Pascal Rambert a été sollicité par le Théâtre d’Art de Moscou, qui lui a demandé d’écrire une autre pièce pour les acteurs de la troupe. Se souvenant des taches colorées des fleurs dans la nuit glaciale lorsqu’il rentrait chez lui après les répétitions, il a inventé l’histoire de cette immense actrice, malade, dans une chambre emplie des dizaines de bouquets offerts par ses admirateurs.
Comme autant d’hommages à l’art du théâtre, les fleurs emplissent l’air d’un étrange parfum d’adieu, à la scène comme à la vie. Après avoir mis en scène Actrice à Moscou en 2015, Pascal Rambert monte sa pièce en France avec une distribution internationale, offrant les rôles titres à Marina Hands et Audrey Bonnet. 

---------------------------------------------

Comment j’ai fait la distribution d’Actrice 

Une fois je cours et je vois arriver face à moi Marina Hands. Je lui dis que je l’ai vue il y a deux soirs dans Ivanov mis en scène par Bondy et que son travail était merveilleux prodigieux merveilleux. Un an plus tard on se voit pour parler de faire Clôture de l’amour à Londres. Je lui raconte l’histoire. Elle me dit : mais c’était toi qui m’as parlé dans la rue ? Je dis oui c’était moi. Mais je n’allais pas te dire je suis pascal rambert. Qui fait ça ? Elle dit mais c’est dingue. Je dis il faut toujours dire aux acteurs qu’on les aime. Toujours. En même temps Audrey Bonnet me tape sur la tête depuis un moment en me disant tu dois travailler avec Marina Hands. Alors je propose Actrice à Marina. Voilà pourquoi elle est là. Elle est l’actrice absolue. Audrey je la vois entrer dans la salle de répétition le premier jour d’une masterclass que je fais au Jeune Théâtre National en 1999 et je pense oh la la. Audrey on fait des heures de temps réel ensemble au début des années 2000. Puis en 2005 à la Comédie Française on fait Le Début de l’A. Puis Clôture de l’amour. Puis Répétition. On va faire ensemble ma prochaine pièce Architecture, avec elle, Marina, Béart, Marie-Sophie Ferdane, Denis Podalydès, Stanislas Nordey, Arthur Nauzyciel, Laurent Poitrenaux et Jacques Weber. Audrey c’est ma sœur. Mon cœur. Bon. Il y a Ruth Nüesch, Emmanuel Cuchet et Luc Bataïni. On joue avec Audrey au festival de Princeton aux États-Unis et il y a Caroline Guiela Nguyen qui fait Mon grand Amour. Caroline me dit en fait oui tu peux venir voir un filage. Je vois Luc Bataïni. Et je pense dans ma tête lui il est vrai. Viens dans mon monde. Viens dans Actrice. On parle Caroline et moi. De l’art du théâtre. J’adore cette fille et sa façon de penser les choses. Je lui dis je ne trouve pas d’acteurs âgés. Et de toute façon passé 70 ans on n’a plus besoin de jouer. On est. Elle me dit vois Ruth qui était dans Le Chagrin. Je dis oui Audrey m’en parle sans cesse. Puis vois Emmanuel. On se voit en Ardèche. Il fait beau. C’est merveilleux. Ils ne sont pas acteurs. Ils sont. Voilà pourquoi ils sont là. Il y a Jakob, Rasmus et Elmer. C’est des Finlandais. Je les vois à Helsinki. Ils font un spectacle sublime Conte d’amour. Je les invite au T2G. Puis on fait une de mes pièces de danse ensemble Memento Mori où on est tous tout nu dans le noir. Pauline Roussille me dit prends-les ils apprendront le français. Je dis bonne idée. On peut aller au bout de la terre avec eux. Et c’est pour ça qu’ils sont là. Il y a Sifan qui traduit et joue en Chinois Clôture de l’amour et Le Début de l’A. que je mets en scène à Pékin en juin 2017. Sifan monte une de mes pièces il y a dix ans en France. Quand je pars en Chine je reçois un email de lui qui dit Pascal je suis rentré en Chine. La Chine ça peut être compliqué. Si tu as besoin je suis là. Voilà pourquoi il est là. Il y a Laetitia, Yuming, Hayat et Lyna. Il y a deux ans je les vois avec leurs camarades de Premier Acte initié par Stanislas Nordey et Stéphane Braunschweig sur la grande scène de La Colline. Ils jouent Clôture de l’amour, Bérénice, des textes à eux. Je les aime tous et tout de suite. Ils sont 13 ou 14 je ne sais plus. Mais je vois des corps sur le grand plateau de la Colline comme j’en vois peu en France mais beaucoup comme ceux avec qui je travaille à NYC ou Los Angeles. Je veux travailler avec eux tous. 4 sont là. On parle ensemble. On se voit. Et ce qu’ils me disent d’eux me plaît. Leur histoire me plaît. Leur personne me plaît. C’est souvent avec cela que l’on veut travailler en premier : la personne. Et c’est pour cela qu’ils sont là. Il y a Jean Guizerix. Là aussi c’est une personne et pas le danseur étoile de l’Opéra de Paris. Sa douceur. Son corps. On se voit pour parler. Et quand il se redresse je me dis c’est lui. Ces mains. Ce souffle. C’est lui. Il y a les jeunes garçons Anas et Nathan. Ensemble on fait Argument au T2G puis Une vie à la Comédie-Française en mai 2017. Maintenant Samuel les rejoint. Je voulais raconter cela. Parce que c’est comme ça que se font les distributions. Pas sur des idées, des noms, des idées sur les personnages. Mais sur une chose souterraine et innommable qu’on appelle le désir. Le désir entre les êtres. Les histoires entre les continents. La vie entre les langues. 

pascal rambert


texte, mise en scène Pascal Rambert • interprétation Marina Hands (Eugenia actrice), Audrey Bonnet (Ksenia sa sœur), Ruth Nüesch (Galina mère de Eugenia et Ksenia), Emmanuel Cuchet (Eugeni père de Eugenia et Ksenia), Jakob Öhrman (Pavel mari de Eugenia), Elmer Bäck (Igor mari de Ksenia),Yuming Hey (Ivan infirmier), Luc Bataïni (Alexander acteur), Jean Guizerix (Sergeuï acteur), Rasmus Slätis (Stanislav prêtre), Sifan Shao (Artem acteur), Laetitia Somé (Svetlana actrice), Hayat Amiri (Roman acteur), Lyna Khoudri (Yulia fille de Eugenia), Anas Abidar, Nathan Aznar et Samuel Kircher (Dimitri fils de Eugenia et Pavel en alternance) • lumière Yves Godin • costumes Anaïs Romand • scénographie Pascal Rambert • assistante à la mise en scène Pauline Roussille • régie générale Alessandra Calabi • régie Lumière Thierry Morin • régie plateau Camille Jamin • direction de production Pauline Roussille  • ©François Goizé, Marc Domage, Jean Louis Fernandez

Production structure production et C.I.C.T. - Théâtre des Bouffes du Nord • Coproduction Théâtre National de Strasbourg, TNB Théâtre National de Bretagne à Rennes, Célestins Théâtre de Lyon, le phénix scène nationale Valenciennes pôle européen de création, Bonlieu scène nationale Annecy, Théâtre de Gennevilliers CDN, Le Parvis Scène Nationale Tarbes-Pyrénées, L’apostrophe - Scène nationale Cergy-Pontoise & Val d’Oise • avec le soutien de l’Institut Français Berlin et l’Institut Français de Finlande.
Le texte d’Actrice est publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs

Création au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris le 12 décembre 2017

AUTOUR DU SPECTACLE 

durée estimée 2h
-------
âge à partir de 14 ans